Chapitre 2 – Consultations du comité

2.1 Mandat

Le comité consultatif a été mis sur pied afin d'aider le MTO à réaliser son examen des travaux réalisés depuis 2007 dans le cadre l'ÉE visant le couloir ouest de la RGT et de vérifier l'harmonisation de l'ÉE avec la politique actuelle du gouvernement et les technologies émergentes. Le cadre de référence du comité a demandé une évaluation stratégique de l'ÉE visant le couloir ouest de la RGT, y compris des solutions de rechange pour répondre à la future demande en transport, ainsi que des recommandations pour les prochaines étapes et des conseils sur la voie à suivre. Dans le cadre de référence original, le comité n'avait pas d'autre occasion de solliciter des commentaires du public. Il devait plutôt s'appuyer sur les résultats des consultations publiques déjà menées à propos de l'ÉE visant le couloir ouest de la RGT (voir l'annexe A pour obtenir le cadre de référence complet). Toutefois, à la demande du ministre, le comité a mené ses propres consultations à l'automne 2016 afin de guider son examen de l'ÉE visant le couloir ouest de la RGT (voir l'annexe A2-1 pour consulter le bulletin).

2.2 Processus

Le comité a tenu des consultations publiques du 7 octobre au 11 novembre 2016. Les principaux intervenants ont été invités à exprimer leurs points de vue et leurs préoccupations – y compris les municipalités, le secteur de l'exploitation, le secteur du transport des passagers et des marchandises, le secteur de l'agriculture, les offices de protection de la nature, les organismes environnementaux non gouvernementaux et les collectivités autochtones. Des observations ont également été sollicitées sur le site Web du projet ainsi que par courriel. Au total, le comité a reçu 69 observations écrites de particuliers, de municipalités et d'organismes.

Les intervenants qui ont formulé des commentaires représentaient divers points de vue et ont souligné au comité l'ensemble des répercussions du couloir proposé. Certains intervenants s'entendaient, par exemple, sur la nécessité d'une certitude et d'une intégration et d'une harmonisation accrues entre la politique provinciale et la planification du transport à l'échelle du projet. Toutefois, les opinions divergeaient sur la meilleure voie à suivre. Le comité a examiné attentivement les commentaires reçus durant son analyse, et tous les commentaires ont contribué à éclairer les recommandations définitives. Le présent chapitre donne un aperçu des principaux thèmes abordés par l'ensemble des répondants.

2.3 Résumé des thèmes

2.3.1 Planification intégrée

Il y avait un accord assez important parmi les répondants à propos de la nécessité d'une meilleure coordination des efforts de planification locaux et provinciaux. Bon nombre d'intervenants, et les municipalités en particulier, se sont dits inquiets que le couloir ouest de la RGT soit considéré isolément et ont recommandé l'adoption d'une approche systémique globale à la place. Ils ont suggéré que la planification du couloir proposé soit liée à des plans provinciaux à long terme qui tiennent compte de l'ensemble du réseau de transport. Alors qu'un grand nombre de répondants estimaient que le corridor proposé appuierait les objectifs de développement économique du Plan de croissance (2006), d'autres soutenaient que le nouveau couloir ne semblait pas s'harmoniser avec les orientations stratégiques provinciales actuelles, y compris le Plan d'action de l'Ontario contre le changement climatique (2016) ou, au mieux, qu'il représentait une interprétation incomplète d'une vision élargie. Ainsi, les intervenants étaient généralement d'avis que le couloir devrait être planifié de manière coordonnée pour de multiples utilisations, inclure des caractéristiques telles qu'une voie réservée au transport en commun et des voies réservées aux VMO, et prévoir l'ajout de services publics.

2.3.2 Certitude

Un autre point commun entre la plupart des observations était la nécessité d'une plus grande certitude. Avec le tracé définitif de la nouvelle autoroute proposée qui restait à déterminer et un large couloir qui demeurait protégé contre l'exploitation, certaines municipalités se sont dites préoccupées par l'incertitude qui persistait dans le processus d'ÉE. Des zones d'emploi ont également été concernées, donnant lieu à des préoccupations face aux occasions perdues et à la compétitivité pour attirer des investissements. Le comité a appris que l'incertitude persistante a également des répercussions sur les agriculteurs et les propriétaires fonciers, qui risquent de ne pas pouvoir prendre de décisions sur l'utilisation leur propriété. Dans de nombreux cas, l'une des principales préoccupations de ceux qui ont formulé des observations était la nécessité de clore le processus afin de pouvoir de nouveau aller de l'avant avec les plans.

2.3.3 Congestion et croissance

Les intervenants ont souvent exprimé leur soutien à l'égard de la construction du couloir compte tenu de leurs préoccupations à l'égard de la congestion, que beaucoup s'attendaient à voir s'aggraver à mesure que la croissance se poursuit dans la région. Les municipalités, en particulier, ont indiqué que la congestion est une préoccupation majeure dans leurs territoires respectifs. En effet, la plupart des municipalités considéraient qu'un nouveau couloir serait une solution efficace pour faire face à la croissance et, dans certains cas, la stimuler. Les régions de York et de Peel ont indiqué que le couloir apporterait des avantages économiques significatifs aux villes de Vaughan et de Caledon en particulier, en contribuant à stimuler la croissance de l'emploi.

Certaines municipalités, ainsi que d'autres intervenants, ont désigné l'autoroute 401 comme un goulot pour lequel il n'existe aucune solution de rechange, et ont constaté que la congestion sur cette route peut entraîner un nombre excessif de camions sur les routes régionales. Le transport efficace des marchandises par voie routière a été soulevé comme un facteur crucial pour rendre la région prospère et attrayante pour les investisseurs. Pour certains des intervenants consultés, le corridor proposé était jugé essentiel à cet égard, puisqu'il offrait la possibilité de prendre des mesures afin d'accorder la priorité au transport des marchandises. D'autres ont estimé que les initiatives locales et les améliorations au réseau existant répondraient adéquatement à ce besoin, grâce à des mesures comme l'expansion de l'autoroute 401, l'étude Halton Peel Boundary Area Transportation Study (HPBATS) ou une meilleure utilisation de l'autoroute 407.

2.3.4 Environnement

Un certain nombre d'intervenants se sont dits préoccupés par les répercussions du couloir proposé sur les éléments du patrimoine naturel de la ceinture de verdure. Plusieurs de ces répondants ont mentionné que, particulièrement lorsqu'une installation de transport majeure traverse des cours supérieurs de rivières et des forêts, les répercussions risqueraient d'être difficiles ou impossibles à atténuer. Bien que la migration d'animaux et la santé de l'écosystème aient été soulignées à ce sujet, les répercussions sur la circulation des personnes ont également été mentionnées, étant donné que les réseaux de sentiers pourraient aussi être perturbés. De plus, les répondants ont fait remarquer que des terres agricoles à fort rendement seraient perdues au profit de la nouvelle autoroute, et que les coûts liés au carbone (p. ex., les émissions de gaz à effet de serre) de l'autoroute seraient élevés. Certains groupes ont remis en question l'harmonisation du projet avec le Plan d'action de l'Ontario contre le changement climatique (2016), en raison du niveau élevé d'émissions de gaz à effet de serre qui serait causé par les déplacements des véhicules. Enfin, l'ÉE visant le couloir ouest de la RGT a été critiquée pour avoir considéré le Plan de la ceinture de verdure (2005) simplement dans le cadre des critères pondérés plutôt que comme une contrainte ferme.

2.3.5 Nouvelles technologies<

En réponse à la façon dont les nouvelles technologies pourraient modifier la demande en matière de déplacements dans la RGT, de nombreux répondants ont vu la possibilité pour le nouveau couloir d'intégrer des démarches novatrices et de nouveaux types d'infrastructure. Certains ont estimé que ces technologies étaient susceptibles de réduire la nécessité d'une autoroute en réduisant la demande en matière de déplacements et en augmentant l'efficacité de ces déplacements. Même si les organismes et les municipalités commençaient à enquêter sur les répercussions potentielles des nouvelles technologies et à inclure ces considérations dans leur planification, la plupart de ces efforts en étaient aux toutes premières étapes.

Dans l'ensemble, le processus de consultation publique du comité a ajouté une dimension importante à son évaluation des travaux réalisés à ce jour dans le cadre de l'ÉE visant le couloir ouest de la RGT et a permis de mieux éclairer ses recommandations définitives sur la voie à suivre.

Retour en haut de page