Glossaire

Aménagement axé sur le transport en commun : Démarche de planification en vertu de laquelle les centres de voisinage commerciaux/résidentiels à densité élevée et à usage mixte sont regroupés autour de stations et de couloirs de transport en commun. L’aménagement orienté vers le transport en commun se concentre principalement dans un rayon de 800 mètres des arrêts de transport en commun et les utilisations du sol les plus nombreuses et les plus variées sont regroupées à moins de 400 mètres des stations ou sont adjacentes à celles-ci. Une démarche d’aménagement du territoire, de conception urbaine et de gestion des activités de transport axée sur le transport en commun peut comprendre des stratégies d’aménagement orientées vers ce type de transport ainsi qu’une variété d’autres stratégies qui assurent la viabilité des transports en commun et améliorent la qualité de l’expérience des usagers. Ces stratégies peuvent être mises en œuvre à proximité des arrêts ou des stations de transport en commun ou à une plus grande échelle, selon le cas.

Avantages économiques élargis : Avantages accrus dont bénéficie l’économie en raison de l’accessibilité plus grande que procure un investissement dans le transport, habituellement quantifiés en fonction de leurs répercussions sur une agglomération.

Concept de référence : Concept fonctionnel utilisé dans le modèle de diversification des modes de financement et d’approvisionnement (DMFA) qui vise à fournir une validation de principe et sert souvent de base aux étapes de conception ultérieures. En règle générale, le concept de référence représente environ 30 % de la conception globale.

Diversification des modes de financement et d’approvisionnement (DMFA) : DMFA est le nom donné aux partenariats public-privé (PPP) en Ontario. Les PPP constituent une méthode à long terme fondée sur le rendement servant à acquérir et à réaliser des éléments d’infrastructure publique dans le cadre de laquelle le secteur privé assume une part des risques liés au financement, à la conception, à la construction, à l’exploitation et à l’entretien.

Embarquement de plain-pied : Désigne les planchers intérieurs des trains se trouvant au même niveau que le quai de la gare afin qu’un passager n’ait pas à gravir de marches pour monter dans le train.

Évaluation environnementale : Processus utilisé pour prévoir et atténuer les effets néfastes d’un projet sur l’environnement avant son lancement. Il s’agit d’un outil de planification qui fournit aux décideurs les renseignements dont ils ont besoin pour s’assurer que tous les projets approuvés favorisent un environnement durable et sain pour la génération actuelle et celles à venir.

Gaz à effet de serre (GES) : Gaz qui emprisonnent la chaleur dans l’atmosphère, dont le dioxyde de carbone, le méthane, le protoxyde d’azote et les gaz fluorés, et qui sont émis principalement par la combustion de carburants à base de carbone.

Intégrateur de système et de sécurité : Personne(s) dont la fonction consiste à concevoir, construire et exploiter divers réseaux ferroviaires (électrification, signalisation et communications) pour en assurer le fonctionnement sécuritaire et fiable.
Interopérabilité : Compatibilité technique de l’infrastructure, du matériel roulant et des sous-systèmes de signalisation et autres du réseau ferroviaire, ainsi que des procédures moins complexes d’homologation du matériel roulant, pour veiller à ce que divers types de véhicules ferroviaires puissent utiliser de façon sécuritaire le même couloir ferroviaire.

Matériel roulant : Tout véhicule qui circule sur une voie ferrée, notamment les voitures et les locomotives.

Mode d’approvisionnement traditionnel : Financement et réalisation d’éléments d’infrastructure, et financement et prestation de services par le secteur public au moyen du mode conception-soumission-construction.

Mode de conception-construction-financement-entretien : Mode en vertu duquel le partenaire privé conçoit, construit et finance un bien public (p. ex., un hôpital, une route ou un réseau de transport en commun) et fournit les services d’entretien en vertu d’une entente à long terme.

Mode de conception-construction-financement-exploitation-entretien : Mode en vertu duquel le partenaire privé conçoit, construit et finance un bien public (p. ex., un hôpital, une route ou un réseau de transport en commun), fournit les services d’entretien des installations et assure l’exploitation du bien en vertu d’une entente à long terme.

Modélisation des informations sur le bâtiment (BIM) : Modèle numérique d’un projet et du terrain (paysage) sur lequel il sera construit. Ces modèles virtuels précis viennent soutenir la conception du projet, ce qui permet une analyse, une intégration et un contrôle plus efficaces qu’à l’aide de processus manuels. Une fois terminé, le modèle contient des données géométriques précises et nécessaires au soutien des activités de construction. Après la construction, le modèle peut être mis à jour et servir à surveiller de façon numérique le fonctionnement de l’infrastructure lorsqu’elle est opérationnelle et contribuer ainsi à déterminer le moment et l’endroit où un entretien s’impose.

Omnibus : Service ferroviaire qui fait des arrêts aux stations locales situées entre les gares principales sur la ligne, contrairement à un service express.

Optimisation des ressources : Désigne les avantages quantitatifs et (ou) qualitatifs auxquels le public peut s’attendre de la part d’une méthode d’approvisionnement particulière. La valeur quantitative est atteinte grâce aux coûts moins élevés d’une méthode d’approvisionnement particulière, tandis que la valeur qualitative est atteinte lorsqu’une méthode d’approvisionnement soutient davantage l’objectif du projet sans coûter plus cher.

Paiement suivant l’achèvement substantiel : Paiement versé une fois achevée l’une des étapes importantes d’un projet de construction et qui influe sur les droits et les responsabilités du propriétaire et de l’entrepreneur. Suivant l’achèvement substantiel, le propriétaire du bien en cours de construction peut en prendre livraison (c.-à-d. qu’il peut utiliser l’infrastructure).

Partage de code : Accord commercial où deux exploitants partagent des services le long d’un trajet ou d’un couloir.
Plaque tournante de transport multimodal : Endroit où les passagers et (ou) les marchandises passent d’un véhicule ou d’un  mode de transport à un autre desservant tous un lieu commun. Les plaques tournantes de transport en commun peuvent comprendre des gares ferroviaires, des gares de transport en commun rapide, des gares ou des arrêts d’autobus et de tramway, des aéroports et des cales de traversier.

Premier kilomètre/dernier kilomètre : L’expression premier kilomètre/dernier kilomètre désigne la façon dont une personne se déplace entre son point de départ ou sa destination et les services de transport en commun au moyen d’un large éventail de modes de transport.

Processus d’évaluation des projets de transport en commun : Processus d’EE spécialement adapté aux projets de transport en commun de l’Ontario. Le processus d’évaluation des projets de transport en commun définit les lignes directrices en matière de consultation et d’examen des projets de transport en commun sans avoir besoin d’étudier d’autres trajets ou conceptions.

Quais à accès de plain-pied : Quai se trouvant pratiquement au même niveau que le plancher de la voiture du train.
Ratio avantages-coûts : Mesure de l’optimisation des ressources d’un projet exprimée sous forme de ratio des avantages globaux divisés par les coûts totaux d’un projet.

Récupération des plus-values foncières : Moyen de financer les améliorations de l’infrastructure par le calcul de la plus-value des biens fonciers qu’entraîneront un nouveau projet de transport et l’établissement d’une redevance ou d’un impôt sur le terrain ou l’aménagement pour tenir compte de cette hausse de valeur. On cherche ainsi à « récupérer » la hausse de la valeur des biens fonciers découlant de l’amélioration de l’accès au transport qui, comme la vue sur un plan d’eau ou d’autres caractéristiques recherchées, peut augmenter la valeur des biens fonciers.

Répartition modale : Proportion du nombre total de déplacements-personnes au moyen de chacun des différents modes de transport, généralement exprimée sous forme de pourcentage.

Services d’appoint : Services de transport en commun locaux qui prennent des passagers et les emmènent à une gare ferroviaire ou à un arrêt d’autobus express, à un point de correspondance ou à un terminus.

Service d’autobus rapides (SAR) : Système de voies réservées aux autobus, souvent séparées de la route par des bordures ou des obstacles, qui allie les caractéristiques d’un réseau ferroviaire (comme les gares, le paiement effectué sur le quai plutôt qu’à bord du véhicule et l’embarquement multiporte) à la souplesse d’un réseau d’autobus.

Service excessif : Plusieurs services de transport en commun desservant le même trajet et effectuant les mêmes arrêts à une fréquence semblable, ce qui entraîne plus de services que n’en nécessitent les voyageurs.

Technologie de train à suspension pour virages : Une des techniques permettant aux trains d’emprunter les courbes plus aisément et de façon sécuritaire à des vitesses supérieures à celles pour lesquelles la courbe a peut-être été conçue.

Train à grande vitesse (TGV) : Trains qui circulent à des vitesses de l’ordre de 200 km/h dans des couloirs améliorés existants et à des vitesses égales ou supérieures à 250 km/h dans de nouveaux couloirs.

Train léger sur rail (TLR), parfois aussi appelé « train léger rapide » : Réseau ferroviaire électrique urbain caractérisé par sa capacité de faire circuler des voitures autonomes ou de courts trains sur des emprises exclusives au sol, sur des structures aériennes, dans des tunnels de métro ou, à l’occasion, dans les rues et pouvant faire monter et descendre les passagers au niveau de la voie ferrée ou du plancher des voitures.

Unité multiple diesel (UMD) : Terme générique qui désigne un train à moteur diesel qui ne requiert pas de locomotive distincte parce que le système de traction se trouve sous différentes voitures du train.

Valeur actualisée nette (VAN) : Somme des valeurs actualisées (obtenue en soustrayant les coûts des bénéfices) de tous les aspects d’un projet (conception, construction, entretien et financement) durant tout son cycle de vie exprimée en dollars d’aujourd’hui.

Zones d’emploi : Terrains privés et publics utilisés ou destinés à des fins commerciales, industrielles ou institutionnelles. Le terme « commercial » englobe les bureaux et les commerces de détail.

Zone de migration : Zone géographique d’où émigrent les travailleurs pour se rendre dans une zone d’emploi ou un quartier, en supposant des distances ou des temps de déplacement maximaux.

Précédent :
Liste de recommandations

 

Retour en haut de page