Road Talk : Vol. 22, nº 1 hiver 2016


La stratégie bilingue du ministère des Transports pour les panneaux à messages variables

Exemple d’un PMV de l’Ontario avec un élément graphique facile à reconnaître et un message bilingue encourageant l’utilisation de la ceinture de sécurité.

Exemple d’un PMV de l’Ontario avec un élément graphique facile à reconnaître et un message bilingue encourageant l’utilisation de la ceinture de sécurité.

Le 20 janvier 2015, le ministère des Transports (MTO) a annoncé une stratégie de mise en place de panneaux à messages variables (PMV) bilingues dans les régions de la province visées par la Loi sur les services en français. Les travaux ayant conduit à cette annonce ont été importants pour le Ministère. Lors de l’entrée en vigueur de la Loi sur les services en français, en 1986, il était impossible, avec la technologie alors disponible, d’afficher des messages français sur les PMV. Les anciens PMV ne pouvaient pas afficher des lettres avec les accents utilisés en français, et l’espace était insuffisant pour afficher des messages en anglais et en français. En outre, à la suite d’essais usuels, on recommandait que les messages sur les autoroutes soient affichés en une seule phase, puisqu’un message avec plus d’une phase pourrait distraire les automobilistes.

Ces difficultés sur les plans de la technologie et de la sécurité exigeaient des études plus approfondies, et le Ministère avait obtenu une prolongation pour la mise en œuvre de messages bilingues sur les PMV afin de se conformer à la législation.

Le personnel et les conseillers du Ministère ont travaillé assidûment pendant de nombreuses années pour lancer la stratégie en 2015 et faire des PMV bilingues une réalité.

Contexte – Loi sur les services en français

Panneaux à messages fixes bilingues en Ontario

Figure 1 : Panneaux à messages fixes bilingues en Ontario

Lorsque la Loi sur les services en français est entrée en vigueur, des panneaux de signalisation bilingues ont été installés dans les régions désignées françaises. La Politique d’affichage bilingue du MTO a été élaborée conformément à cette Loi. Aux termes de cette dernière, des panneaux bilingues étaient requis sur les autoroutes provinciales situées dans les régions désignées françaises.

La politique actuelle du MTO définit les lignes directrices d’uniformité des panneaux le long des autoroutes provinciales dans 26 régions désignées françaises.

Nouveaux panneaux, nouvelles capacités

PMV normal situé sur l’autoroute 401 à Toronto. Le panneau a un espace limité et ne peut pas afficher de messages bilingues, et, compte tenu de la vitesse de conduite élevée, la politique interdit l’utilisation de messages à deux phases sur de tels panneaux.

Figure 2 : PMV normal situé sur l’autoroute 401 à Toronto. Le panneau a un espace limité et ne peut pas afficher de messages bilingues, et, compte tenu de la vitesse de conduite élevée, la politique interdit l’utilisation de messages à deux phases sur de tels panneaux.

Au cours des quelques dernières années, le Ministère a commencé à acquérir de nouveaux panneaux à matrice dense pour remplacer les PMV actuels qui atteignent la fin de leur cycle de vie.

Les nouveaux panneaux offrent une bien plus grande souplesse que les anciens. Ils peuvent afficher des centaines de couleurs, les accents utilisés en français et des pictogrammes. Ils offrent aussi une plus grande souplesse quant à l’emplacement des pictogrammes et du texte.

L’utilisation de pictogrammes sur les panneaux de signalisation permet de réduire considérablement la quantité de texte nécessaire pour transmettre un message. Ces capacités ont joué un rôle important pour l’adoption d’une stratégie à l’échelle provinciale.

Consultation publique concernant les messages en français sur les autoroutes dans les régions désignées françaises

En 2004, le MTO a mené une étude initiale en faisant appel à IBI Group, une entreprise de services de planification et de conception urbaines, dans le but d’établir un répertoire de messages anglais et français. En collaboration avec Human Factors North, une entreprise spécialisée dans les facteurs humains, elle a mené une étude sur l’élaboration de concepts pictographiques au moyen d’une consultation publique auprès des conducteurs anglophones et francophones, d’un examen des compétences et d’une équipe interne de conception.

Au cours des consultations, on a présenté aux candidats différents scénarios d’incidents de circulation et on leur a demandé de représenter par dessin ces diverses situations. Pour l’un de ces scénarios, la majorité des participants a répondu en faisant des dessins schématiques représentant l’autoroute et a illustré les conditions proposées au moyen de flèches et de « x », comme dans les exemples de la figure 3. Cette tendance a été constatée dans tous les groupes linguistiques, ce qui a donné lieu aux premières idées pour l’élaboration d’une ébauche de messages dont la clarté serait mesurée.

Exemples de scénarios d’incidents de circulation dessinés par des candidats anglophones et francophones, illustrant deux voies de gauche bloquées.

Figure 3 : Exemples de scénarios d’incidents de circulation dessinés par des candidats anglophones et francophones, illustrant deux voies de gauche bloquées.

Un répertoire complet d’éléments graphiques a été élaboré en fonction de cette première ronde de consultations et mis à l’essai pour confirmer dans quelle mesure les messages étaient compris par tous les groupes linguistiques visés. Les messages très bien compris étaient ajoutés à la liste définitive de messages.

Si un message était mal compris, on demandait aux participants de proposer des améliorations potentielles. Ensuite, on apportait ces améliorations et les messages à jour faisaient l’objet d’une deuxième ronde d’essais.

La première consultation a poussé le Ministère à se pencher davantage sur les éléments graphiques existants bien connus utilisés sur les panneaux à message fixe, les appareils GPS et de façon générale sur Internet pour illustrer la circulation et les conditions de route.

En 2010, le Ministère a entrepris une deuxième étude en s’appuyant sur les conclusions de la première. Au moment de cette deuxième étude, il a été possible d’inclure les percées technologiques réalisées depuis 2004, notamment les plus grands panneaux à matrice dense, la possibilité d’afficher les caractères français, l’utilisation de centaines de couleurs et la souplesse de l’emplacement du texte et des pictogrammes.

Séance publique sur la création de symboles communs

Nouveau message de sécurité incluant texte et éléments graphiques, mis à l’essai durant les consultations publiques et compris par les différents groupes linguistiques.

Figure 4 : Nouveau message de sécurité incluant texte et éléments graphiques, mis à l’essai durant les consultations publiques et compris par les différents groupes linguistiques.

Compréhension par les groupes linguistiques du message de PMV « Distance sécuritaire » mis à l’essai. Anglais 99% compréhension, Françias 97% compréhension, Autre 98% compréhension, Total 98% compréhension.

Figure 5 : Compréhension par les groupes linguistiques du message de PMV « Distance sécuritaire » mis à l’essai.

Dans le cadre de la deuxième étude, en 2011, deux rondes d’essais usuels ont été effectuées à Toronto, à Sudbury et à Ottawa. Elles incluaient d’importantes mesures de sensibilisation auprès des intervenants francophones de manière à constituer un échantillon de 200 conducteurs francophones. Les essais usuels auprès de ceux-ci ont été menés entièrement en français.

Avant la fin de l’étude, environ 600 navetteurs avaient participé aux essais usuels. Les participants étaient divisés en trois groupes égaux : français langue maternelle (ceux qui connaissent le français et le parlent à la maison), anglais langue maternelle ou autre langue maternelle. Plus de 200 participants avaient le français pour langue maternelle.

De plus, les participants étaient divisés en trois groupes d’âge : 25 ans et moins, 25 à 55 ans et 55 ans et plus; ce qui représente la démographie habituelle des grands routiers.

Les commentaires fournis par la communauté francophone ont été précieux et ont donné un bon aperçu au Ministère des éléments graphiques les plus efficaces. On a défini une orientation précise en fonction de la rétroaction pour déterminer quand il est pertinent d’intégrer du texte ou d’afficher seulement un élément graphique. Les participants francophones ont également formulé des commentaires qui ont contribué à l’élaboration des politiques sur les pictogrammes. La figure 4 donne un exemple de message sur la sécurité et d’un élément graphique qui a fait l’objet de deux rondes d’essais. Cet exemple a été très bien compris par les membres des trois groupes linguistiques, comme l’illustre la figure 5.

Police et lisibilité des PMV

Pictogramme incitant à éviter l’alcool au volant facilement reconnu par les différents groupes linguistiques.

Figure 6 : Pictogramme incitant à éviter l’alcool au volant facilement reconnu par les différents groupes linguistiques.

D’après les résultats de l’étude menée par Human Factors North, certains messages doivent inclure du texte dans les deux langues et des éléments graphiques pour favoriser la compréhension. Cependant, la quantité de texte nécessaire est considérablement réduite.

De plus, une nouvelle police a été mise au point pour le nouveau texte des PMV. La nouvelle police et les lettres avec accents français ont été utilisées lors des essais usuels pour s’assurer qu’ils sont lisibles par les francophones. Cette nouvelle police a été intégrée dans le jeu final de pictogrammes, lorsque nécessaire.

Un répertoire définitif de messages et de modèles a été préparé pour tous les messages affichés afin que les trois groupes linguistiques puissent bien les comprendre.

Après une consultation approfondie et des essais usuels auprès des participants francophones et anglophones, le Ministère a opté pour une stratégie reposant en grande partie sur l’emploi de pictogrammes. Les messages avec pictogrammes sont habituellement composés d’éléments graphiques faciles à reconnaître et réduisent la nécessité d’afficher du texte. Ainsi, le Ministère peut désormais afficher des messages bilingues lorsqu’il est nécessaire d’ajouter du texte à un pictogramme pour en favoriser la compréhension.

Mise en œuvre des PMV bilingues

Exemple d’un PMV de l’Ontario avec un élément graphique facile à reconnaître et un message bilingue encourageant l’utilisation de la ceinture de sécurité.

Exemple d’un PMV de l’Ontario avec un élément graphique facile à reconnaître et un message bilingue encourageant l’utilisation de la ceinture de sécurité.

La mise en œuvre des PMV bilingues s’est déroulée en deux étapes en raison de la complexité des messages de sécurité routière et de la taille des panneaux dans les régions de l’Ontario. En 2010, le gouvernement a procédé à la première étape de la mise en œuvre de panneaux à messages bilingues dans le Nord de l’Ontario. La deuxième étape du projet consistait à élaborer un nouveau répertoire de symboles jumelés à du texte bilingue pour les plus grands PMV ailleurs dans la province. Les éléments graphiques de ces messages ont réduit la nécessité d’utiliser du texte et ont facilité la compréhension des messages par tous les conducteurs, peu importe leur langue maternelle. Le Ministère a entrepris des essais usuels pour s’assurer que les nouveaux messages ont été bien compris par les conducteurs et sont faciles à lire à distance.

À chaque étape du projet, le logiciel de contrôle central des panneaux a été modifié. Une fois le répertoire de pictogrammes approuvé, on a obtenu du financement fédéral-provincial pour une campagne de sensibilisation. Une politique provinciale sur les PMV a été rédigée et on a fait la publicité de l’étude auprès des organismes de transports en commun et gouvernementaux de transport, des sociétés d’experts-conseils, des fournisseurs industriels et des développeurs de logiciels. Le Ministère a présenté les conclusions de la consultation publique à 250 représentants lors de la conférence annuelle de l’Association française des municipalités de l’Ontario à New Liskeard (Ontario), et à 300 représentants lors de la conférence annuelle de la Société des systèmes de transport intelligents du Canada, en 2013.

Le point culminant de ce travail a été le dévoilement aux médias, le 20 janvier 2015, de la stratégie sur les messages variables bilingues par Steven Del Duca, ministre des Transports. Grâce à l’emploi de couleurs ainsi que d’images et de symboles reconnus à l’échelle internationale avec moins de texte, les conducteurs peuvent facilement interpréter d’importants renseignements de sécurité routière et s’adapter aux conditions de trafic en conséquence. Jusqu’à présent, plus de 40 nouveaux panneaux électroniques pouvant afficher des messages variables bilingues ont été installés en Ontario. Petit à petit, les anciens PMV de la province, à l’approche de la fin de leur cycle de vie, seront remplacés par de nouveaux panneaux.

Le Ministère s’est appuyé sur des meilleures pratiques de partout dans le monde, des recherches régionales et la rétroaction du public pour créer des panneaux conçus pour les conducteurs ontariens. Il s’agit du premier plan de signalisation bilingue avec images conçu et réalisé à l’échelle provinciale au Canada.

Pour obtenir plus d’information, veuillez contacter

Robert Chan,
superviseur des travaux d’ingénierie,
Unité de mise en œuvre, Section des programmes relatifs aux systèmes de transport intelligents, Bureau de la circulation routière, Région du Centre,
ministère des Transports de l’Ontario,
au (416) 235-4501 ou Robert.Chan@ontario.ca

OU

Rachel Baril,
coordonnatrice des services en français du MTO,
Services en français, Groupement pour les terres et les ressources,
ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique :
(905) 704-2045, ou Rachel.Baril@ontario.ca


Recommandé pour vous

Retour en haut de page