Lignes directrices en matière d'aménagement axé sur les transports en commun

Section 3.2 Planification et suivi du rendement

3.2.1 Suivi et évaluation du rendement

Mettre en œuvre un plan de suivi du rendement en vue d'étudier les tendances et les progrès réalisés en vue d'atteindre les objectifs d'utilisation des transports en commun et de service et concevoir un plan permettant d'atteindre de nouveaux objectifs.

Le suivi du rendement permet aux organismes de transport en commun de déterminer s'ils atteignent leurs objectifs d'utilisation et de qualité du service, ce qui leur permet d'accroître l'efficacité, la disponibilité, le confort et la commodité du service. Il est essentiel que les organismes de transport en commun connaissent la qualité du service qu'ils offrent, ainsi que la qualité perçue par les usagers (et les non-usagers), pour qu'ils puissent élaborer des stratégies afin d'attirer de nouveaux usagers et de les conserver. Sans un suivi systématique du rendement, les organismes de transport en commun ne sauront pas s'ils atteignent leurs objectifs d'utilisation et de qualité du service ou s'il y a des problèmes ou des lacunes à ce chapitre.

Un plan de suivi du rendement est nécessaire afin d'établir les mesures qui seront utilisées pour évaluer dans quelle mesure les objectifs d'utilisation et de qualité du service sont réalisés. Le suivi du rendement fait également partie intégrante de l'élaboration des plans de service – un programme visant l'amélioration du service qui guide les organismes de transport en commun vers l'atteinte de leurs objectifs, comme la croissance du nombre d'usagers.

En 2008, Oakville a élaboré un plan visant à améliorer le service en établissant des objectifs stratégiques et en créant des normes de service qui permettent de les réaliser. Par exemple, pour atteindre l'objectif stratégique de continuellement améliorer ses programmes et ses services, Oakville a établi une norme visant à offrir un service toutes les 10 minutes pendant les périodes de pointe et toutes les 20 minutes aux autres moments dans un des principaux couloirs de transport en commun.

En 2008, Oakville a élaboré un plan visant à améliorer le service en établissant des objectifs stratégiques et en créant des normes de service qui permettent de les réaliser. Par exemple, pour atteindre l'objectif stratégique de continuellement améliorer ses programmes et ses services, Oakville a établi une norme visant à offrir un service toutes les 10 minutes pendant les périodes de pointe et toutes les 20 minutes aux autres moments dans un des principaux couloirs de transport en commun.

Stratégies :

établissement des objectifs

  1. Établir pour le réseau de transport en commun des objectifs qui définissent ce que l'organisme veut accomplir pendant une période déterminée. Par exemple, les objectifs peuvent porter sur la croissance du nombre d'usagers, la part modale, la capacité du réseau, la fiabilité du service, le confort du service, l'accessibilité universelle ou les revenus des boîtes de perception. Les objectifs doivent reposer sur le plan de croissance du nombre d'usagers de l'organisme ainsi que d'autres plans pertinents, comme les plans officiels, les plans directeurs en matière de transport ou les plans relatifs à l'accessibilité universelle.
  2. Établir des plans et des objectifs annuels ainsi qu'un programme d'améliorations qui aideront l'organisme de transport en commun à réaliser ses objectifs à long terme.

Le document intitulé Urban Village Transit Network (UVTN) Report Card de la ville de Seattle contient des données sur le rendement de toutes les catégories de couloirs de l'UVTN. Il est mis à jour à intervalles de quelques années afin de voir dans quelle mesure l'organisme atteint ses objectifs. Dans ce tableau qui met en évidence les niveaux de service de transport en commun, les rangées indiquent la rue correspondant à l'itinéraire de transport en commun et les colonnes, les indicateurs de service : les heures de service, la fréquence, la vitesse, la charge et la fiabilité. La note +3 correspond au « meilleur rendement » et -9, au « pire rendement ».

Le document intitulé Urban Village Transit Network (UVTN) Report Card de la ville de Seattle contient des données sur le rendement de toutes les catégories de couloirs de l'UVTN. Il est mis à jour à intervalles de quelques années afin de voir dans quelle mesure l'organisme atteint ses objectifs. Dans ce tableau qui met en évidence les niveaux de service de transport en commun, les rangées indiquent la rue correspondant à l'itinéraire de transport en commun et les colonnes, les indicateurs de service : les heures de service, la fréquence, la vitesse, la charge et la fiabilité. La note +3 correspond au « meilleur rendement » et -9, au « pire rendement ».

Ressources recommandées

Étude de cas : accroître l'utilisation des transports en commun

Guide de préparation d’un plan de croissance de l’utilisation des transports en commun (ministère des Transports de l'Ontario)

Canadian Transit Handbook, chapitre 11 (Association canadienne du transport urbain) (en anglais seulement)

Best Practices in Transit Service Planning (Florida Department of Transportation)

Bonnes pratiques techniques d'exécution des études de planification des transports à long terme au Canada, section 3.5 (Association des transports du Canada)

A Guidebook for Developing A Transit Performance Measurement System (Transit Cooperative Research Program)

Guidebook for Rural Demand-Response Transportation: Measuring, Assessing, and Improving Performance (Transit Cooperative Research Program)

Five-Year Service Plan (région de York)

mesures du rendement

  1. Se baser sur les mesures du rendement pour prendre des décisions. Selon les tendances que révèlent les mesures, il est possible d'évaluer l'efficacité des différentes stratégies en ce qui a trait à la réalisation des objectifs d'utilisation des transports en commun et de service et de définir de nouvelles stratégies.
  2. Choisir des mesures ou des indicateurs de rendement qui feront état des progrès réalisés pour atteindre les objectifs définis et qui sont adaptés aux besoins des différents utilisateurs. Le Guide de préparation d’un plan de croissance de l’utilisation des transports en commun et l'Association canadienne du transport urbain (ACTU) fournissent des listes d'indicateurs de rendement éventuels pour les services de transport en commun traditionnel et de transport en commun spécialisé. Il est préférable d'adopter des mesures quantifiables dans la mesure du possible, mais il faut y ajouter des mesures qualitatives ou descriptives afin de mieux comprendre les sentiments des usagers (et des non-usagers) et leurs besoins en matière de déplacement.
  3. Identifier les utilisateurs des mesures de rendement et leurs besoins afin de mieux comprendre de quelle façon les données seront utilisées. Par exemple, les mesures peuvent servir aux responsables de la gestion financière pour déterminer les budgets et les dépenses, au personnel d'exploitation pour surveiller et améliorer le service ou au personnel responsable du marketing pour créer du matériel et des campagnes promotionnels.

collecte de données

  1. Choisir des mesures du rendement appropriées compte tenu des ressources de l'organisme et de sa capacité de recueillir et d'analyser les données. Les mesures doivent être réalistes et correspondre à la capacité d'un organisme de recueillir régulièrement les données. Se reporter à la ligne directrice 3.2.2 pour obtenir de plus amples renseignements sur la collecte de données.

plan de suivi

  1. Établir un calendrier régulier de suivi du rendement et de rapports, ainsi qu'une méthode de cueillette des données et un processus permettant de valider chaque mesure de rendement.
  2. Le processus de suivi du rendement doit prévoir des consultations publiques et politiques sur la planification des services et la programmation des améliorations à cet égard (chapitre 4).
  3. Le programme de suivi du rendement doit faire l'objet d'un examen au moins tous les cinq ans afin de mettre à jour les objectifs et les mesures de rendement pour tenir compte des rajustements et des améliorations apportés aux services. Envisager d'évaluer les résultats du rendement dans le cadre d'un processus d'évaluation par les pairs mené de concert avec d'autres organismes de transport en commun.

3.2.2 Collecte et analyse des données

Mettre en œuvre un programme de collecte et d'analyse des données en vue d'appuyer les activités de planification et de promotion.

Un programme de collecte et d'analyse des données fournit les mesures qualitatives et quantitatives dont l'organisme de transport en commun a besoin dans le cadre de son programme de suivi du rendement. Ces renseignements peuvent servir à évaluer le rendement de l'organisme de transport en commun et à élaborer des plans d'amélioration du service et de promotion. Il existe plusieurs manières de recueillir des données et des renseignements. Les systèmes de transport intelligents (STI) sont une précieuse source de données. Ils sont souvent mis en place pour soutenir les activités d'exploitation, le paiement des droits de transport ou d'autres fonctions, mais ils peuvent servir à la planification et au suivi du rendement. Une autre source précieuse en matière de collecte et d'analyse de données sur les transports en commun est l'Ontario Urban Transit Fact Book (recueil de données sur le transport urbain en Ontario) qui définit et recueille les données opérationnelles sur le transport en commun partout en Ontario; cette source peut servir de fondement à un programme de suivi du rendement d'un réseau de transport en commun.

Lorsqu'on ne dispose d'aucune technologie de STI, les données sur l'utilisation des transports en commun peuvent être rassemblées par comptage manuel ou en évaluant les revenus tirés de la vente de titres de transport. Les sondages, les entrevues, les groupes de discussion, les comités de consommateurs, les observations des exploitants, les vérifications du service ou les commentaires des usagers permettent de rassembler des renseignements sur la qualité du service.

Les sondages en ligne, comme dans l'exemple ci-dessus de la Commission de transport de Toronto (CTT), peuvent fournir des données et des renseignements sur la demande. Dans cette question, la CTT demande : « La dernière fois que vous avez utilisé le métro de la CTT, étiez-vous seul? Avec un adulte (18 ans et plus) ou plus? Avec une personne ou plus âgée de 12 à 17 ans?  Avec un enfant ou plus âgé de 11 ans et moins? » Source : Commission de transport de Toronto

Les sondages en ligne, comme dans l'exemple ci-dessus de la Commission de transport de Toronto (CTT), peuvent fournir des données et des renseignements sur la demande. Dans cette question, la CTT demande : « La dernière fois que vous avez utilisé le métro de la CTT, étiez-vous seul? Avec un adulte (18 ans et plus) ou plus? Avec une personne ou plus âgée de 12 à 17 ans?  Avec un enfant ou plus âgé de 11 ans et moins? » Source : Commission de transport de Toronto

Stratégies :

détermination des données nécessaires

  1. Les organismes doivent déterminer leurs besoins en matière de collecte et d'analyse des données en fonction de leur plan de suivi du rendement (ligne directrice 3.2.1) ainsi que de leurs ressources et de leur capacité de recueillir et d'analyser les données requises. Ensuite, ils doivent déterminer les technologies et les méthodes servant à recueillir les données. S'ils ne disposent d'aucune technologie, les organismes doivent évaluer les coûts d'acquisition d'une technologie et les avantages qui en découlent.
  2. Faire participer les utilisateurs des données au processus de collecte et d'analyse dès le début pour veiller à ce que les résultats soient utiles aux responsables des études de marché, aux planificateurs des activités et autres utilisateurs finaux.
  3. Les données et les renseignements sur la demande, les attitudes des usagers et la qualité du service peuvent être rassemblés en interrogeant les usagers et le public. Les enquêtes d'opinion déterminent la qualité du service de transport en commun selon l'expérience des usagers. Les enquêtes sur l'utilisation des transports en commun peuvent aider à déterminer les caractéristiques des déplacements, le respect des horaires ou les retards de service.
  4. Les données tirées des STI peuvent servir à améliorer les méthodes traditionnelles d'étude de marché, comme les sondages auprès des clients, les études de marché et les groupes de consultation. Les données sur les passagers tirées des STI peuvent aider à définir les plans de sondage, à établir les poids de sondage ou les facteurs d'extension, à déterminer le meilleur moment pour sonder les usagers et à cerner les heures et les endroits pour recruter des participants aux groupes de discussion.

Recourir aux STI pour appuyer la collecte de données

Les données relatives à la localisation automatique de véhicules (LAV) peuvent servir à surveiller le temps de déplacement et la fiabilité des véhicules, à observer les endroits où les temps d'arrêt sont longs et à déterminer ceux où des mesures comme les voies d'évitement de file d'attente ou les feux de circulation prioritaires pourraient améliorer les horaires ou en promouvoir le respect.

Les données des compteurs automatiques de passagers (CAP) peuvent aider à comprendre la provenance et la destination des usagers ainsi que l'utilisation des transports en commun en fonction de l'itinéraire, du segment d'itinéraire et de l'heure de la journée. Ces données peuvent servir à rajuster la capacité de service et les itinéraires et à surveiller l'utilisation des transports en commun pendant les promotions spéciales ou à l'occasion d'événements particuliers. Elles peuvent également permettre de déterminer à quels arrêts et dans quelles stations installer la publicité et afficher de l'information et d'établir la priorité des améliorations.

Les données relatives au paiement électronique des droits de transport peuvent faire état des comportements des passagers en matière de déplacements et d'enchaînement des déplacements, ainsi que des schémas de déplacements hebdomadaires et mensuels. Ces données permettent d'identifier des groupes de consommateurs et peuvent également servir à confirmer les préférences énoncées à la lumière du comportement observé et, par le fait même, à comprendre et valider les résultats des entrevues et des sondages.

Les systèmes de surveillance automatique des véhicules (SAV) peuvent servir à surveiller les incidents mécaniques, comme les pannes de véhicules, et leur incidence sur la qualité du service.

Les sites Web des organismes de transport en commun peuvent également permettre de suivre les pages affichées et les requêtes sur les itinéraires afin de pouvoir obtenir des renseignements sur la clientèle.

Ressources recommandées

Canadian Transit Handbook, 3e éd. – chapitre 5 (Association canadienne du transport urbain)

Canadian Urban Transit Fact Book (publié par l'ACTU au nom du ministère des Transports de l'Ontario)

Leveraging ITS Data for Transit Market Research (Transit Cooperative Research Program)

utilisation des transports en commun

  1. Définir l'utilisation des transports en commun en fonction des besoins de l'organisme. L'utilisation des transports en commun peut correspondre au nombre de personnes montant dans un véhicule de transport en commun, au nombre de passagers payants ou au nombre de déplacements effectués. Consulter notamment l'ACTU ou d'autres organismes de transport en commun pour obtenir des renseignements sur les méthodologies.
  2. Pour évaluer l'utilisation des transports en commun traditionnels, un organisme doit songer à élaborer un processus normalisé qui tient compte de l'utilisation des laissez-passer de transport en commun, des revenus des boîtes de perception, des correspondances et des billets utilisés.

transport en commun à la demande

  1. Pour le transport en commun à la demande, comparer les rapports d'utilisation avec les manifestes des conducteurs et examiner les processus en tenant compte des ajouts, des annulations de dernière minute et des défections.

gestion des données

  1. Afin de maximiser l'utilité des données dans l'ensemble de l'organisme de transport en commun, il faut établir un système de gestion de celles-ci. En plus de stocker les données archivées des STI, le système pourrait également inclure les données des sondages et des entrevues auprès des clients, les enquêtes sur l'utilisation des parcs de stationnement, la représentation visuelle des données du système d'information géographique (SIG), des photographies aériennes, des renseignements sur les limites cartographiques du recensement, les données du recensement, des données sur le zonage, les caractéristiques géographiques et celles des bâtiments.
  2. Les organismes doivent planifier la validation et la gestion des données. Les enquêtes manuelles et la technologie des STI génèrent une quantité importante de renseignements et chaque nouvel ensemble de données doit respecter un modèle de données établi et être validé avant d'être intégré à l'entrepôt de données.

3.2.3 Nouvelles technologies

Établir un plan de mise en œuvre à long terme des technologies qui coordonne les projets prioritaires à court terme avec la planification à long terme de manière à maximiser les avantages à l'échelle de l'organisme.

Les nouvelles technologies peuvent grandement améliorer l'efficience et la sécurité d'un organisme de transport en commun; toutefois, la mise en œuvre des nouvelles technologies doit se faire d'une manière planifiée et coordonnée afin d'en maximiser les avantages pour l'ensemble de l'organisme. Si la mise en œuvre des différentes technologies n'est pas coordonnée, il peut en résulter des avantages limités et des coûts additionnels.

Les nouvelles technologies représentent un investissement financier important pour les organismes de transport en commun, mais elles offrent la possibilité de réaliser de grandes économies sur le plan opérationnel et d'améliorer le service. Les technologies des systèmes de transport intelligent (STI) peuvent améliorer de nombreux aspects différents des services de transport en commun, alors que de nouvelles technologies sont constamment mises au point. Étant donné que les technologies ont une durée utile relativement courte, les organismes de transport en commun doivent mettre en œuvre chaque élément dans le cadre de projets à court terme afin d'en tirer rapidement profit. Toutefois, l'organisme doit coordonner chaque projet de mise en œuvre d'une technologie dans le cadre d'un plan priorité qui maximise les avantages de chaque investissement. Le plan de mise en œuvre d'une technologie doit également tenir compte des obstacles institutionnels, techniques, financiers et opérationnels, ainsi que des problèmes de maintenance, qui peuvent en réduire considérablement les avantages.

Les possibilités d'application des nouvelles technologies varieront selon l'échelle et le mode de service de transport en commun offert.

Les possibilités d'application des nouvelles technologies varieront selon l'échelle et le mode de service de transport en commun offert.

Stratégies :

planification de la technologie

  1. Élaborer à l'échelle de l'organisme un plan technologique coordonné qui établit l'ordre de priorité des investissements en immobilisations ainsi que du perfectionnement connexe des ressources humaines. Mettre tous les intervenants à contribution à l'étape de la planification et transmettre clairement les avantages du plan avant d'effectuer les mises à niveau.
  2. Ensuite, préparer des plans de projet stratégiques. Étudier les principales stratégies suivantes :
    • utilisation des normes d'interopérabilité des technologies, comme l'architecture nationale des STI de la Société des systèmes de transport intelligents du Canada et les protocoles TCP/IP, pour l'implantation de systèmes de communication et de technologie;
    • mise en œuvre progressive de petits projets, permettant de tirer profit des avantages plus rapidement;
    • planification des mises à niveau du système, puisque la technologie change rapidement;
    • mise à contribution au début du processus de planification du personnel d'exploitation et de maintenance chargé du fonctionnement et de la maintenance de la technologie.
  3. Identifier un champion de la technologie de niveau supérieur qui peut expliquer et promouvoir la vision et les avantages de la technologie aux divers intervenants.
  4. Faire preuve de créativité pour trouver des moyens de financer les éléments d'actif et la technologie de transport en commun, comme les partenariats public-privé et le regroupement des ressources des organismes.

Les nouvelles technologies, comme les systèmes de paiement automatique des droits de transport, peuvent accélérer les temps d'embarquement et calculer le droit le plus bas s'appliquant au client.

Les nouvelles technologies, comme les systèmes de paiement automatique des droits de transport, peuvent accélérer les temps d'embarquement et calculer le droit le plus bas s'appliquant au client.

Ressources recommandées

Synthesis on Automatic Vehicle Location (AVL) systems (Transit Cooperative Research Program)

Leveraging ITS Data for Transit Market Research (Transit Cooperative Research Program)

Core Technology Fact Sheet (Département américain des transports)

Les systèmes de transport intelligents : Un brillant avenir pour le transport en commun (Association canadienne du transport urbain)

maintenance

  1. Élaborer un plan pour recruter, former et maintenir en poste des employés qui possèdent les compétences techniques nécessaires pour appuyer, maintenir et utiliser la nouvelle technologie. Les organismes doivent conclure des ententes de soutien technique avec des fournisseurs de technologie et (ou) acquérir l'expertise nécessaire à l'interne.
  2. Créer un système permettant de signaler, de suivre et de résoudre les problèmes au cours de la mise en œuvre et du fonctionnement de la technologie. Utiliser les renseignements afin de déterminer les autres besoins technologiques et d'améliorer les futurs projets de mise en œuvre de technologies.

3.2.4 Gestions des biens

Élaborer un plan de gestion des biens qui tient compte des coûts du cycle de vie de tous les biens matériels, y compris les véhicules, les installations, l'infrastructure, le matériel de bureau, la technologie et autres biens nécessaires pour atteindre les objectifs de l'organisme en matière d'utilisation des transports en commun et de service.

Les organismes de transport en commun ont besoin d'une gamme de biens matériels pour offrir un service pratique, fiable et confortable. Au fur et à mesure que vieillissent ces biens, ils doivent être entretenus et remplacés. L'organisme pourrait avoir besoin de nouveaux biens pour répondre à la croissance du réseau et à d'autres changements. Sans un plan de gestion des biens, un organisme de transport en commun peut ne pas être prêt à en assumer les coûts d'entretien et d'acquisition, et les biens essentiels pourraient faire défaut. L'organisme pourrait alors être incapable d'offrir le niveau de service visé, ce qui pourrait avoir une incidence sur les niveaux d'utilisation des transports en commun.

Un plan clair de gestion des biens améliorera la capacité de l'organisme de transport en commun d'atteindre les objectifs de service et d'utilisation des transports en commun visés de la manière la plus efficiente ou de respecter de nouvelles exigences, comme les plans provinciaux visant à rendre les véhicules et les services entièrement accessibles. La province a produit un guide de préparation des plans de gestion des biens – la présente section reprend certaines des principales recommandations qui se trouvent dans ce guide.

Un plan de gestion des biens peut faire état des coûts du cycle de vie d'une gamme de biens matériels comme les ordinateurs ou les systèmes de commande qui sont essentiels au fonctionnement du réseau de transport en commun.

Un plan de gestion des biens peut faire état des coûts du cycle de vie d'une gamme de biens matériels comme les ordinateurs ou les systèmes de commande qui sont essentiels au fonctionnement du réseau de transport en commun.

Stratégies :

détermination des besoins

  1. En déterminant les biens de l'organisme ainsi que les risques de défaillance et les conséquences d'une panne, il est possible de définir une stratégie à long terme efficiente permettant d'offrir un niveau de service défini et de répondre à la croissance grâce à la gestion de la demande des déplacements (ligne directrice 3.5.5) et à l'investissement dans l'infrastructure. Les organismes doivent déterminer le niveau de service et l'état des biens requis pour atteindre les objectifs suivants :
    • les objectifs de qualité de service et d'utilisation définis dans le plan de croissance de l'utilisation des transports en commun;
    • la demande prévue dans le plan officiel municipal et le plan de croissance de l'utilisation des transports en commun;
    • les exigences réglementaires (sécurité, environnement, etc.);
    • les grands objectifs municipaux et régionaux;
    • l'intégration de marchés précis selon l'aperçu démographique;
    • l'amélioration du rendement du réseau de transport en commun;
    • la maximisation du rendement du capital investi en fonction du cycle de vie.
  2. Les organismes doivent dresser l'inventaire des biens actuels, y compris les véhicules, les installations, l'infrastructure, le matériel de bureau, la technologie et autres biens. Lorsque l'inventaire est dressé, ils doivent évaluer l'état actuel des biens, leur durée utile restante et leur capacité de répondre au niveau de service requis. Ces renseignements doivent être utilisés pour déterminer quels biens sont essentiels et estimer les probabilités de défaillance ainsi que les conséquences et les coûts d'une panne.

Un mauvais entretien et une mauvaise gestion du cycle de vie peuvent entraîner des pannes qui créent des inconvénients aux passagers.

Un mauvais entretien et une mauvaise gestion du cycle de vie peuvent entraîner des pannes qui créent des inconvénients aux passagers.

Ressources recommandées

A Guide to Preparing a Transit Asset Management Plan (ministère des Transports de l'Ontario)

Canadian Transit Handbook, 3e éd. – chapitre 4 sur le financement des réseaux (Association canadienne du transport urbain)

International Infrastructure Management Manual (New Zealand Asset Management Support)

établissement des priorités d'investissement

  1. Élaborer un plan établissant les priorités relatives aux investissements en immobilisations et un plan connexe d'exploitation et d'entretien qui fournira le niveau de service requis. Par exemple, dans le cas des réseaux ferroviaires, estimer le nombre de véhicules, le kilométrage prévu, le nombre d'arrêts, de stations et de dépôts, ainsi que les rails et le matériel fixe nécessaires. Il faut également estimer l'entretien préventif et correctif prévu associé à chaque bien.
  2. Préparer un plan financier permettant de financer les investissements en immobilisations et les plans d'exploitation et d'entretien. Ces plans doivent tenir compte des coûts du cycle de vie et de la dépréciation et éventuellement de tous les coûts et avantages des divers types de propriété, de la propriété publique à la location de véhicules en passant par les partenariats privé-public.
  3. Choisir un logiciel de gestion organisationnelle des biens qui répond aux besoins de l'organisme. Pour les organismes de petite taille, un simple tableur pourrait suffire, tandis que, pour les organismes de grande taille, il serait avantageux de mettre en œuvre un outil et un cadre permettant de suivre et de planifier les biens, leur exploitation et leur entretien et de stocker et de diffuser ces données.

haut de page  


Retour en haut de page