Ministry of Transportation / Ministère des Transports
Taille du texte Augmentation de la taille du texte Réduction de la taille du texte
Recherche   |  
III. Autres motifs de suspension du permis de conduire
Drogues

Toute drogue qui modifie l’état d’esprit ou la perception de l’environnement aura un effet sur la façon dont vous conduisez. Vous êtes passible de sanctions en vertu du Code criminel et du Code de la route si vos facultés sont affaiblies par l’alcool aussi bien que par une drogue lorsque vous êtes au volant.

Dans un cas possible de conduite avec facultés affaiblies par l’alcool ou une drogue, la police peut demander au conducteur de subir des épreuves de coordination des mouvements et de se soumettre à une évaluation pour évaluer toute consommation de drogue, puis lui demander de fournir un échantillon de sang, de liquide buccal ou d’urine. Si vous ne vous soumettez pas ou refusez de vous soumettre à l’une ou l’autre de ces demandes, des accusations seront portées contre vous en vertu du Code criminel. En outre, vous subirez immédiatement une suspension administrative du permis de conduire de 90 jours et vous serez immédiatement passible d’une mise en fourrière du véhicule pendant sept jours.

  • Lorsque vous prenez des médicaments délivrés sur ordonnance ou que vous recevez des injections contre les allergies, demandez à votre médecin quels en sont les effets secondaires (étourdissements, vision brouillée, nausée, somnolence) qui pourraient nuire à votre conduite.
  • Lisez les renseignements qui figurent sur l’emballage des médicaments que vous achetez sans ordonnance. Les stimulants, les pilules amaigrissantes, les tranquillisants et les sédatifs peuvent nuire à votre capacité de conduire. Même les remèdes contre le rhume et les allergies peuvent contenir des ingrédients qui pourraient influer sur votre conduite.
  • N’importe quelle quantité d’alcool et les médicaments ne font pas bon ménage. Leur combinaison peut avoir des effets dangereux, même plusieurs jours plus tard. Ne prenez pas de risque : informez-vous auprès d’un médecin ou d’un pharmacien.